Le dressage de l’épagneul breton, un chien de chasse intelligent

Épagneul Breton

Le dressage de l’épagneul breton n’est pas compliqué étant donné que c’est un animal intelligent, mais il peut devenir anxieux face à des traitements qui ne lui conviennent pas.

Il faut donc maitriser quelques « techniques » pour bien l’éduquer afin qu’il puisse devenir un animal affectueux mais utile.

Présentation et description de l’épagneul breton

L’épagneul breton est une espèce du groupe des épagneuls qui est considéré comme un animal d’arrêt, de leveur et d’indicateur. Il est sportif et robuste, a un flair très sensible, un quotient intellectuel élevé et est le plus souvent discipliné.

Cela lui donne la réputation d’être un bon chien de chasse en plus de s’adapter facilement à la vie de la campagne.

C’est un animal de compagnie bienveillant car il est moins agressif et s’attache facilement à son maître ainsi qu’aux enfants. Il est aussi possible qu’il se montre assez réservé mais le dressage de l’épagneul breton est en tout cas facile grâce à son intelligence et à son obéissance.

Il mesure entre 46 et 51 cm si c’est un mâle et entre 47 et 49 cm si c’est une femelle avec un poids moyen de 15 à 18 kg. Il a un corps élégant et bien bâti, est haut sur ses pattes et est solide sans peser lourd.

Sa couleur peut être blanche et orange, c’est la plus courante, sinon blanche et marron, blanc et noir qui est la couleur originaire de la race ou encore tricolore. Il a un pelage plat sur le corps et ondulé sur la poitrine et à l’arrière des pattes.

Il est particulier car à la naissance, ce toutou doit normalement avoir une queue courte mais il se peut que cela ne soit pas le cas comme ceux d’origine française. Si le cas se présente, elle doit être réduite de 3 à 10 centimètres (1 à 4 pouces).

Conseils de dressage spécifiques à cette race durant la chasse

Le dressage de ce chien est orienté vers la chasse étant donné que c’est son domaine spécifique. Il est primordial qu’il s’y intéresse afin d’éviter toutes contraintes face au gibier mais il est préférable d’entamer petit à petit l’apprentissage.

Le gibier qui n’est pas encore mort est posé dans une friche assez élevée afin d’être moins invisible en visant surtout le nez du chien.

Ce dernier renifle au fur et à mesure qu’il avance et ressent une émanation c’est pour cela qu’il a toujours tendance à s’agiter.

Pour l’apaiser, il faut tendre le cordon et lui donner l’ordre de se calmer car plus il s’agite, plus il faut le retenir en gardant la longe tendue en le caressant et en lui disant « chut ».

Après quelques temps, il reste toujours tendu mais il faut penser à faire voler l’oiseau, ce qui est plus pratique en ayant une cage d’envol.

Celle-ci aide à faire voler l’animal sans couper le vent du chien en commençant par le coté. Pour éviter qu’il le poursuive, il faut bloquer rapidement la longe.

Il faut se rapprocher de nouveau du chien pour le tranquilliser en le caressant avant de le ramener.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*